Les prix de l’immobilier en hausse ?

En 2016, les prix de l’immobilier ont enregistré une hausse d’un peu moins de 3% par rapport à l’année 2015 selon les réseaux immobiliers. Durant les trois premiers mois de cette année 2017, contrairement aux prévisions et aux schémas habituels en période d’élection, les transactions immobilières n’ont cessé d’augmenter. Plusieurs spécialistes du domaine expliquent cette situation par la volonté des particuliers d’acheter avant que les taux d’intérêt ne commencent à grimper.

Des offres de plus en plus rares

Ces dernières années, on constate une augmentation exponentielle du nombre de demandes de logement et des ventes rapides. Cette augmentation a pour conséquence une raréfaction de l’offre. En effet, comme les biens immobiliers se vendent assez rapidement, les quelques qui restent invendus ne suffisent plus à répondre au flot constant de demandes. Durant le premier trimestre de cette année, une nouvelle tendance se développe du côté des vendeurs. Ces derniers se mettent à différer la mise vente de leurs biens de façon à anticiper une modification de la fiscalité en matière de plus-value.

Ces différentes situations conduisent à une hausse des prix de l’immobilier, qui toutefois restent très hétérogènes. D’une ville à une autre, la hausse est très variable.

De l’hétérogénéité dans la hausse

Alors que 18 des plus grandes villes en hausse affichent des prix de l’immobilier en hausse, douze présentent une baisse notoire.

Parmi les villes affichant les plus fortes hausses figurent Bordeaux (+9%), Paris (+7,2%), Lyon (+5,4%) et Nantes (+4,3%). En ce qui concerne les villes affichant de fortes baisses des prix de l’immobilier, on retrouve Saint-Etienne (-5%), Toulon (-3,5%) et Limoges (-3,3%).

Qu’en sera-t-il vers la fin de l’année ?

Selon les estimations des spécialistes de l’immobilier, l’évolution des prix de l’immobilier va essentiellement dépendre de l’évolution des taux d’intérêt des crédits immobiliers. Les conséquences devront se voir dès les prochains mois.

Cependant, il est aussi très probable que des inflexions du marché de l’immobilier surviennent vers les premiers mois de l’année 2018. Selon les estimations, la hausse des prix des biens immobiliers anciens pour cette année sera comprise entre 2% et 3%.

Laisser un commentaire